Les éléments-clés à vérifier pour le choix d’une motopompe thermique

Très appréciée pour sa polyvalence et sa solidité, la motopompe séduit de plus en plus de consommateurs. Ce type d’appareils de pompage permet d’acheminer efficacement une grande quantité d’eau avec un débit soutenu et régulier. Il peut servir dans l’irrigation de vastes cultures et jardins, mais également pour vider une cave ou un sous-sol inondé. Le modèle thermique est actuellement le plus recherché en raison de sa forte autonomie. En effet, puisque le matériel fonctionne à l’essence ou au diesel, on peut l’installer partout même dans des zones où on peut difficilement trouver une source d’énergie. Bien sûr, avec les offres d’équipements qui deviennent de plus en plus nombreuses sur le marché, il est primordial de choisir une motopompe de qualité si on veut bénéficier réellement de tous ces avantages. Zoom sur les points essentiels à prendre en considération.

Le fonctionnement

D’une certaine façon, les motopompes-thermiques peuvent être considérées comme des pompes-de-surface. Cependant, le fait qu’elles fonctionnent avec un moteur à explosion (groupe électrogène) les différencie de ces dernières. Comme on peut le voir avec le modèle Motopompe Renson Essence Haute Pression de 3 à 24 m3_h entre 56 et 21 m HMT par exemple, le principe de l’appareil thermique consiste à créer une dépression à l’aspiration et une surpression au refoulement. Pour ce faire, le matériel entraîne une pompe hydraulique à roue ainsi que des pales et une turbine.

Le démarrage s’effectue grâce à un lanceur. Le système de pompage est assuré soit par un corps de pompe à piston soit par un corps de pompe cellulaire. Dans le premier cas, c’est la dépression générée par le(s) piston(s) qui fait monter le liquide dans le cylindre. C’est le même dispositif qui le propulse ensuite hors de la pompe en s’appuyant sur un système de clapets anti-retour. Ce mode de fonctionnement est assez simple et moins énergivore puisqu’il suffit que le mouvement rotatif de l’arbre moteur soit transformé en un mouvement alternatif (grâce à un vilebrequin) pour que la pompe marche.

Dans le second cas, celui du corps de pompe cellulaire, les turbines entraînées par la rotation de l’axe du moteur engendrent directement la force nécessaire pour l’aspiration et le refoulement. C’est la rotation des pales qui crée le mouvement. De nombreux modèles de pompes pedrollo-france et pompes well-pumps-France sont conçus en se basant sur ce principe. Il est important de rappeler que les appareils cellulaires (monocellulaires ou multicellulaires) sont très puissants. Ces équipements sont très pratiques lors d’une intervention incendie.

Le moteur

Une motopompe thermique fonctionne avec un moteur essence ou un moteur diesel. Les modèles à essence, comme le Motopompe Tsurumi à Membrane Eaux Très Chargées TD 300 HA de 7 à 15 m3/h entre 15 et 2,5 m HMT Moteur Essence Honda, sont plus silencieux. Ils sont généralement dotés d’un système 2 ou 4 temps. Leur principal avantage réside dans le fait qu’ils ne nécessitent aucun entretien particulier à part la vérification du niveau d’huile et des accessoires de pompes de base tels que la bougie et le filtre à air.

Les équipements diesel, dont la Motopompe Tsurumi Eaux Claires TE2 100 RD de 2 à 95 m3/h entre 28,5 et 3 m HMT Moteur Diesel Robin, sont parfaitement adaptés pour une utilisation régulière et intensive. En revanche, les appareils sont assez bruyants. En ce qui concerne le prix, les modèles diesel sont plus coûteux que les précédents. Par ailleurs, ils nécessitent plus d’entretien en fonction de l’usage.

D’autres critères importants

Si les pompes-immergées ou pompes-de-relevage ont une grande capacité de refoulement qui leur permet d’acheminer l’eau depuis une profondeur de plus de 8 mètres, les groupes motopompes sont assez limités. Leur performance est, en effet, basée sur la quantité d’eau à évacuer et non sur la hauteur de refoulement. Il est donc important d’en tenir compte lors de l’achat.

Et puis, il ne faut pas aussi oublier la granulométrie. La qualité du liquide à traiter doit être connue à l’avance. Si l’eau est assez claire (avec des particules et matières en suspension de moins de 15 mm de diamètre), l’appareil n’aura aucun mal à les propulser. Toutefois, si le liquide est très chargé (des éléments de plus de 20 mm de diamètre), des accessoires de filtrage supplémentaires peuvent être utiles.

Découvrir toutes les Pompes : https://www.economo.fr/content/23-pedrollo-france

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *